Pourquoi adopter le slow working?

slow working Innsaei

Vous êtes entrepreneuse ? Vous avez un projet en cours ou cette petite idée qui ne cesse de trotter dans votre tête ? Peut-être est-ce le moment de prendre les choses en main.

Vous n'arrêtez pas ? Vous êtes constamment occupée, sollicitée et ne savez plus où donner de la tête ? Ou même vous avez cette idée en tête mais vous ne savez pas comment faire pour « ENFIN » vous lancer ? La solution est de  « RALENTIR ».

Mais la vraie question est de savoir comment concrètement ralentir, dans un monde où tout s’accélère et que la vitesse en devient même gratifiante ? Comment savoir si nous faisons les bons choix ou encore comment sortir de l’isolement ?

Je suis entrepreneuse depuis maintenant près de 10 ans. J’ai acquis des expériences en tant que Créatrice de mode, Personal Shopper, Rédactrice en Chef, Formatrice en Chambre des métiers de l’artisanat ou en école, Coach bien être et développement personnel etc… Vous l’aurez deviné, je porte bien ma casquette de slasheuse.

L’univers de la mode, du bien être et du développement personnel me passionne et j’ai même trouvé le moyen de créer une passerelle dans mon activité.

Forte de mes échecs, de mes loupés, et bien heureusement de mes victoires aussi, j’ai pu côtoyer celui que personne n’aimerait croiser sur sa route, le cancer. Bilan ? J’ai cumulé des acquis et une philosophie de pensée s’est alors imposée à moi : Travailler moins mais mieux c’est possible, mais il faudra bouger toutes nos croyances pour adopter le bon mindset.

Au rythme de mes coachings en tête à tête avec des entrepreneuses et au regard de mes propres expériences d’entrepreneuse, il m’est apparu juste de dire que la vie d’entrepreneuse rime avec « course effrénée ». Nos délais, nos challenges, notre jugement, nos priorités et notre vision sont systématiquement piétinés par une gestion altérée du temps.

Combien sommes-nous à en avoir assez de courir en permanence ? Combien sommes-nous en sont à leur 1000ème formation afin de sortir du syndrome de l’imposteur ? Combien d’entre nous sommes absorbées par l’univers digital sans en avoir aucune emprise ? Combien d’entre nous demeure dans l’isolement le plus total au quotidien ? Ou enfin, combien d’entre nous se lève le matin en ne sachant pas vraiment par quoi elles devraient commencer aujourd’hui (restant ainsi sans filet et sans cadre)?

C’est là que la notion de « slow working » intervient. Là, vous me direz que je vous parle de choses que vous n’ignorez pas car finalement, nous percevons assez facilement toutes ces choses et instinctivement les bénéfices pour soi du slow working demeure évidemment, mais pourtant, cela reste insuffisant pour se l’approprier et le mettre en musique dans son propre contexte professionnel. Cela représente toujours un défi pour certain…peut-être parce que nous n’avons pas le mode d’emploi ou je dirai plutôt le « mode à penser ».

Au départ, j’ai voulu créer un espace où les entrepreneuses pourraient venir apprendre, réseauter et se former aux côtés de fidèles partenaires qualifiés et experts dans leur domaine ; et puis très vite, j’ai décidé de porter la casquette (ou le tutu) de Mentor et de créer ce lieu (et ce moment) où le slow working viendra à vous. Je m’explique :

1-   Qu’est-ce qu’un Mentor ?

A la différence d’un formateur, d’un consultant ou d’un coach, le mentor, c’est ni plus ni moins une personne qui a vécu ce que vous vivez à l’heure actuelle. Une personne qui s’est déjà posé toutes ces questions et qui souhaitent le partager avec vous. Cette personne deviendrait votre confident professionnel (et spirituel ?) et aiguillerait votre réflexion afin que vous trouviez vous-même les réponses à vos questions, selon votre projet et votre écosystème. Dans mon cas, mon but est de vous accompagner à arborer le bon Mindset. C’est pourquoi j’ai créé une méthode très simple : les 3R « Ralentir, se Reconnecter et Rayonner ».

C’est donc dans cet esprit de la méthode 3R que le Lab Sisterhood a été créée.

A mes côtés, durant atelier de 3h, je vous guiderai pas à pas vers le slow working, et ce, peu importe à quelle étape de votre développement entrepreneurial.

J’agirai la plupart du temps sur le savoir-être (l’individu) dans un espace qui respecte une éthique de confidentialité.

Pourquoi le « Lab sisterhood » ?

« Lab » pour cette esprit laboratoire car nous mettons plusieurs cerveaux sur les sujets évoqués. Ces sujets vous aideront à prendre les bonnes décisions d’affaires ou vous donneront des pistes de solutions envisageables, sans jamais prendre de décision à votre place.

« Sisterhood » car il s’agit là de coaching entre supers nanas inspirées et inspirantes !

Durant ces séances, vous serez écoutées, encouragées dans vos réflexions et vos actions.

Mon rôle est également de mettre en avant et en relation tout mon réseau d’experts spécialistes dans la communication, l’innovation, les technologies, la gestion du temps, le développement des affaires, la gestion de crise, la planification stratégique, la relève, la fusion d’entreprise, le commerce électronique, la vente, le service à la clientèle, le marketing et dans tout autre secteur spécifique.

Mon rôle est de vous permettre également de partager vos inquiétudes et préoccupations. Il comprend ce que vous vivez et par conséquent, vous ne vous sentez plus seul et démuni dans les situations stressantes.

5-cles-pour-adopter-le-slow-working_imagePanoramique647_286.jpg

2-   Tips clés du Slow working

- Trouver votre rythme

Vous avez l’impression que le rythme professionnel que vous vivez actuellement vous oppresse et vous avez de plus en plus de mal à tenir la cadence ? Vous avez du mal à démarrer ce projet ? Je vous invite à clarifier cette impression et à mettre le focus sur ce qui génère, selon vous, ce ressenti. Ensemble, nous ferons le point, avec le plus d’objectivité et de recul possible. Puis creusez encore un peu plus et regardez si, au-delà de ce qui relève de l’organisation du travail, vous n’êtes pas vous non plus, parfois, à l’origine de ce sentiment d’urgence ? Peut-être lorsque vous laissez les distractions vous détourner de votre dossier en journée et qu’il vous faudra le terminer tard ce soir, voire ce week-end ? Ou encore lorsque vous acceptez tout ce qui se présente à vous sans discrimination ?  ». En creusant bien, vous verrez que la liste peut être longue, d’un côté ou de l’autre, et que ce sont parfois des petits gestes, des petits comportements, anodins mais répétés, qui nourrissent le sentiment d’urgence permanente.

- Se réapproprier le temps

Réduire le stress et gagner en sérénité. Quand nous sommes débordés, constamment sous tension, nous avons tendance à tout mettre sur le même plan. Notre to-do-list s’allonge sans aucune hiérarchie. Mais toutes les choses que vous avez à faire sont-elles vraiment urgentes et importantes ? Quelles sont vos priorités ? Vite faire et bien faire ne doit pas empêcher de faire la bonne chose. Essayez aussi que les mails, appels ou autres sms n’interrompent pas votre activité en cours si c’est une tâche de fond qui mérite toute votre attention.

- Se questionner sur votre notion de performance

Prendre un moment de réflexion et répondre consciencieusement aux questions suivantes : Quand est-ce que je me considère performante dans ce que j’entreprend ? Quels sont mes critères concrets qui me permettent de dire que je suis performante ? Est-ce quand je réponds rapidement à un mail et que je montre ma grande réactivité ? Est-ce quand je suis « à jour » de ma to-do-list et qu’il me reste même du temps pour m’adonner aux choses administratives ? Est-ce quand je parviens à répondre à toutes les demandes et les sollicitations qui me parviennent ?

- Dites stop au multitâche

La société actuelle nous donne l’impression que cela est tout à notre honneur de pouvoir/faire plusieurs choses à la fois. On arrive même à s’en vanter. « C’est une erreur » insiste Caroline Joubert, psychologue spécialisée en neuropsychologie qui permet aux salariés de développer leurs soft skills de manière ludique. En effet, elle explique que notre sentiment d’être alors plus efficace est une illusion. Lorsque nous faisons plusieurs activités en même temps, comme lire vos mails, répondre au téléphone et consulter les réseaux sociaux, vous faites en réalité du switching, vous « jonglez » très rapidement d’une activité à une autre, d’une source d’information à une autre. En pensant être plus efficace, vous créez de la fatigue cognitive, vous risquez de faire davantage d’erreurs et vous mettrez finalement davantage de temps à accomplir vos tâches. Evidemment plus vous accumulerez de tâches simultanément, pire ce sera. Il faut donc privilégier le mono-tâche, faire les choses les unes après les autres pour plus d’efficacité et de sérénité.

- S’octroyer du temps pour reposer notre esprit

Quelle est la dernière fois que vous vous êtes accordé du temps pour ne penser à rien ? Une question qui est loin d’être anodine dans notre monde hyperconnecté. Plus nous allons vite et plus nous sommes occupées, plus on a besoin de dégager du temps pour penser ou se relaxer. Plus il y a de bruit et de distractions autour de nous, plus nous avons besoin de nous créer des bulles de calme où nous pourrons vraiment nous concentrer et gagner en clarté d’esprit. Même et surtout si nous sommes surmenée, n’oublions pas de nous laisser une plage horaire pour penser. 

Un exemple ? Jeff Weiner, le PDG de LinkedIn, s’accorde deux heures par jour pour se créer sa bulle. Il les divise en demi-heures et ne prévoit rien pendant ces moments-là. C’est une pratique qu’il a développée après s’être rendu compte que les réunions s’enchaînaient sans lui laisser le temps de prendre du recul. Une manière de reprendre le contrôle de sa journée, mais aussi de s’interroger régulièrement sur des questions essentielles pour son entreprise. Je l’ai vécu également, il y a eu une période où je me suis retrouvée pressée comme un citron prise entre mes coachings individuels, mon rôle de créatrice, mon rôle de mère et femme et j’en passe…un épisode qui m’a couté énergétiquement. Il fallait tirer la sonnette d’alarme et mettre en place ce temps de repos, cette bulle.

Alors, prête à adopter le Slow working? Contactez nous pour connaitre les prochaines dates.

 

Frédérique LEININGER